Ces quadragénaires prêts à quitter Paris tout en gardant un pied-à-terre dans la capitale

Le 20 février 2017

quitter_Paris_avec_pied_a_TerreCes quadragénaires prêts à quitter Paris tout en gardant un pied-à-terre dans la capitale.

Biens Trouvés Chasseur Immobilier spécialisé dans la recherche immobilière sur mesure rencontre de plus en plus souvent le cas.

Est-ce un phénomène auquel il va falloir s’habituer ?

Guillaume 40 ans nous raconte comment son projet a évolué au fil des visites.

Biens Trouvés Chasseur Immobilier : Que recherchiez vous au départ ?

Guillaume : Au départ, je voulais m’agrandir. Je cherchais un 4 à 5 pièces dans Paris ou en petite couronne. Avec si possible, un extérieur et de préférence un dernier étage. Une recherche assez conventionnelle, somme toute.

Pourquoi avez-vous changé d’avis ? 

J’ai visité 10 biens soigneusement sélectionnés par Anne, chasseur d’appartements chez Biens Trouvés.

Je me suis rendu compte que, compte tenu de mon budget et de l’évolution des prix, peu de biens m’étaient accessibles à Paris intramuros.

Parmi les biens vus en périphérie, soit les offres que j’ai faites n’ont pas été retenues car j’étais en concurrence avec d’autres acheteurs, soit les biens ne correspondaient pas à mes attentes. Je ne me voyais pas consentir un investissement aussi substantiel pour un bien qui, au fond, ne remplissait pas tous mes critères.

Non pas que la sélection d’Anne n’était pas en adéquation avec ce sur quoi nous nous étions mis d’accord. Mais, au contraire, bien que tous les critères soient réunis, je n’arrivais pas à me projeter.

quitter parisAprès la visite d’un appartement dans le 15ème, j’ai fait le point avec Anne. Nous nous sommes dit que si l’on allait encore plus loin en grande banlieue, les prix seraient moins élevés et permettraient plus de tranquillité (le silence et la verdure étant des critères importants).

Nous avons alors commencé à visiter des biens un peu plus éloignés de Paris. Et notamment dans le 95 et le 91, qui permettaient d’avoir un vrai jardin.

Nous nous sommes finalement dit que la meilleure option, compte tenu de mon mode de vie et de mon activité professionnelle qui me permet de télé-travailler, était de conserver un petit pied à terre à Paris et d’acquérir une maison de campagne… Tout près de la mer et à 2h de Paris. Quitter Paris, c’était finalement ce schéma qui me correspondait le mieux.

Une fois le projet bien redéfini, j’ai rapidement visité, toujours avec Anne, un premier studio avec trop de travaux. Ensuite, un second avec large balcon plein sud sans vis à vis. C’était le bon ! Je me suis tout de suite projeté. Maintenant, il fallait trouver la maison. Moins d’un mois plus tard ce fut chose faite.

Pied-à-terre

Regrettez-vous ce choix ?

Aujourd’hui le studio est acquis, la maison est trouvée et sera acquise dans quelques semaines. Je suis ravi du projet. Mon studio avec large balcon plein sud sans vis-à-vis me plaît et va être aménagé à mon goût.

Je pourrais profiter de ma maison dès le printemps.  Jusqu’ici, je ne regrette absolument rien.

 

Quels conseils pourriez-vous donner à ceux qui hésitent à quitter Paris ? 

J’ai probablement fait l’erreur d’être un peu conformiste dans la définition de mon projet. Je cherchais ce que cherchait mon entourage, alors que mon mode de vie n’était pas nécessairement le même. J’ai aussi raisonné en termes de mètres carrés, alors qu’en réalité, les fonctionnalités qu’offre un bien comptent au moins autant, si ce n’est plus, que sa superficie.

Mon conseil serait donc de bien réfléchir à ces aspects avant de se lancer. Ça a l’air un peu banal à dire comme ça, mais force est de reconnaître qu’en ce qui me concerne, j’avais un peu foncé tête baissée… Être accompagné dans ma recherche m’a permis de mieux analyser et de réfléchir en étant conseillé et en ayant des suggestions.

 

vue Mer

 

En effet, on constate que beaucoup de parisiens d’une certaine génération, avec ou sans enfants, réfléchissent plus en fonction de leurs aspirations.

Beaucoup de métiers sont aujourd’hui possibles à distance, ne serait-ce que pour certaines tâches. La mobilité étant aujourd’hui une compétence et un atout professionnel.

Quitter Paris tout en y gardant un pied-à-terre permet de rester dans une certaine dynamique sociale et culturelle. Et la campagne ou les bords de mer, Bretons ou Normands par exemple, permettent une mise au vert qui fait que la vie au quotidien est agréable, équilibrée et adaptée à notre société actuelle.

Publié dans :

Anne Gayraud

Chasseur d'appartements, Coach Immobilier chez Biens Trouvés Chasseur Immobilier.