Paris, à tout prix ?

Le 16 décembre 2013

ParisL’immobilier parisien reste encore très élevé malgré le léger ralentissement que nous avons pu constater ces derniers mois.

Du coup, si votre budget est très serré, vous envisagez probablement de partir habiter en banlieue parisienne…mais avez-vous envisagé toutes les possibilités ?

Si vous êtes prêt à quelques compromis, peut-être pourrez-vous rester à Paris ?

Voici quelques astuces pour trouver des prix moins élevés tout en restant parisien :

1/ Elargissez votre zone de recherche 

Si on le pouvait, on habiterait tous en plein cœur de Paris, dans les quartiers parisiens branchés, à proximité de tout…

Mais Paris ne se limite pas aux 6 premiers arrondissements et il existe encore quelques quartiers de Paris à des prix plus abordables mais finalement peu ou mal connus des parisiens eux-mêmes.

Parmi eux, le 18, 19 ou 20ème arrondissement, ces quartiers populaires font toujours l’objet de beaucoup de préjugés, mais ont pourtant beaucoup changé ou sont en train de changer grâce à de gros travaux de réhabilitation lancés par la ville de Paris.

Et c’est précisément dans ce type de quartiers que vous pourrez faire les meilleures affaires et surtout les meilleures plus-values à la revente.

Une autre astuce : rapprochez-vous des portes de Paris. Avec les récents travaux du tramway, vous conservez l’adresse parisienne, les transports en commun et les prix un peu moins élevés qu’au centre de Paris… que demander de plus ?

2/ Optez pour le rez-de-chaussée

Longtemps délaissés par les acquéreurs, les rez-de-chaussée peuvent pourtant vous permettre d’économiser presque 10 à 15% sur le prix d’acquisition, une bonne raison de s’y intéresser.

Un phénomène nouveau a même vu le jour ces dernières années : le souplex, autrement dit un rez-de-chaussée avec sous sol aménagé ou aménageable pouvant vous faire gagner de précieux mètres carrés supplémentaires, puisque cette surface en sous sol ne devrait pas être comptée dans la surface Carrez… Attention tout de même si vous vous lancez dans ce type de projet, il y a de nombreuses normes et règles à observer. N’hésitez pas à solliciter des avis professionnels différents, pour éviter toutes mauvaises surprises.

L’alternative : si vous préférez prendre de la hauteur, vous pouvez également opter pour les étages élevés sans ascenseur qui vous permettront d’avoir une légère décote sur le prix, même si cela reste toujours moins intéressant qu’un rdc.

Etage élevé

3/ L’Appartement ou la surface « à rénover »

Acheter un appartement à rénover peut avoir de nombreux avantages : en plus du prix plus compétitif, vous pourrez aménager l’espace à votre goût, et ça… ça n’a pas de prix !

Attention quand même a bien évaluer le coût des travaux et le prix d’achat. Il faut que le prix final (travaux inclus) ne soit pas plus cher que les prix du marché, sans quoi la transaction perd son intérêt.

A noter que cette formule est d’autant plus intéressante si vous effectuez certains travaux vous-même : peintures, sols, etc…

Vérifiez également que vous avez bien toutes les autorisations nécessaires notamment si vous touchez à des murs porteurs ou à la façade de votre immeuble…

 4/ Le local commercial à transformer en habitation

Si la vie en rez-de-chaussée ne vous déplait pas, et que vous n’avez pas peur de faire des gros travaux de rénovation, cette option vous permettra de faire des économies encore plus importantes. Attention tout de même avant de vous lancer car ce projet est complexe, il faut bien avoir connaissance des démarches et obligations pour ne pas se laisser dépasser :

–       Un accord de la copropriété, voté en assemblée générale est indispensable pour un changement d’affectation et pour tous les travaux qui toucheraient à la façade ou aux parties communes.

–       Vérifiez la possibilité de modification auprès des services de l’urbanisme de l’arrondissement concerné. Votre projet de transformation doit être conforme au PLU (Plan Local d’Urbanisme) – plus d’infos

–       Faites-vous accompagner par un architecte pour valider des aménagements et les contraintes techniques : même si ce n’est pas obligatoire pour des surfaces inférieures à 170 m2, cela pourra vous éviter des problèmes…

5/Les résidences des années 60/70/80

Si on a le choix, on choisira tous spontanément d’habiter dans un bel immeuble haussmannien typiquement parisien, en étage élevé avec un ascenseur et tout le charme de l’ancien : parquet d’origine, moulures, cheminées, etc…

Mais quand on a un budget serré, il faut savoir faire des compromis et les résidences des années 60 à 80 peuvent être une bonne alternative pour vous permettre de rester à Paris.

Certes, elles n’ont pas le même cachet que les immeubles anciens, mais vous pourrez bénéficier de prix moins élevés et de prestations plus nombreuses : ascenseur, parking, balcon, etc…

Attention quand même à bien vérifier le montant des charges de copropriété, pour ne pas voir votre rêve virer au cauchemar…

BON A SAVOIR

Il est aussi bon de rappeler que la Mairie de Paris propose toujours son Prêt Paris Logement, un prêt à taux 0 réservé à tous les locataires résidant à Paris depuis au moins un an et qui se lancent dans leur 1er achat en résidence principale.

L’objectif : aider les locataires parisiens à rester parisien !

Dans la pratique, c’est un prêt pouvant aller de 24 200 € pour une personne seule, à 39 600 € pour un couple. Un sacré coup de pouce qui peut vous aider à concrétiser votre projet. Toutes les caractéristiques & conditions du Prêt Paris Logement.

Et pour les locataires d’un logement social souhaitant également devenir propriétaires,  la Mairie de Paris propose un prêt dédié et adapté.

Et la dernière astuce reste encore de vous faire accompagner par un professionnel de l’immobilier qui saura vous conseiller et vous faire acheter au juste prix. Et contrairement aux idées reçues…ça ne vous coûtera finalement pas plus cher !

Mots-clefs : , , , , ,

Publié dans :

Sophia Bourdekas

Chasseur d'appartements, Coach Immobilier et fondatrice de Biens Trouvés Chasseur Immobilier. Responsable de la Communication de la FNCI (Fédération Nationale des Chasseurs Immobiliers)